Opération geyser 3

Publié le par Lolo blog-trotter

Matthieu est le premier à se mettre à l'eau. J'ai à peine le temps de plonger que le premier mérou est fléché, ramené au bateau par un Mathieu pressé. Une fois à bord, les premières émotions passées, la taille de la prise nous laisse tous rêveurs :


Mais derrière les sourires, une appréhension est plus que jamais présente : les requins sont bien là !!!  Alors que Matthieu revenait vers le bateau, j'aperçois un beau requin d'au moins 2 mètres qui semble aussi excité que nous à la vue du beau mérou... Un requin présent dès la première prise et bien peu effarouché par notre présence ! Alors que je me remets à l'eau, l'attitude d'un petit requin de moins d'un mètre met en éveil tous mes sens : ce con avance tranquillement dans ma direction et ne dévie de sa trajectoire qu'à moins de 3 mètres de moi ! Mais la taille des poissons, dans des fonds de moins de 10 mètres me font rapidement oublier cettre brise de panique... Et les belles prises vont s'enchaîner :


Un beau mérou pour Christophe

 

 
Un beau perroquet aux couleurs tropicales


 

 

                                                                     Une carangue bleue 


Après un jour et demi de chasse, les glacières sont pleines de poissons de 2 à 4 kg : beaucoup de mérous, quelques perroquets, des carangues bleues, des pyjamas... Mais le plus beau reste le premier mérou ramené par Matthieu. Alors que l'après-midi avance, annonçant tristement l'heure du retour, ce dernier va vivre la peur de sa vie. Tandis qu'un beau mérou croissant queue jaune qu'il vient de flécher plonge dans son trou, deux requins, par l'odeur alléchée, s'approchent. Le plus gros fonce tête la première dans le trou, comme enragé par le sang. Mais l'entrée est trop petite pour ce molosse des mers. Qu'à cela ne tienne, il s'entête, déployant toute sa puissance carnassière pour atteindre ce repas qui le nargue, à quelques dizaines de centimètres...  Et il va dévorer le mérou après avoir élargit l'entrée de corail. Matthieu est resté scotché devant la beauté féroce du spectacle ! Mais la réalité reprend vite le dessus : alors que le plus petit des requins s'occupe de la tête du mérou décapité, son grand frère fixe Mathieu qui se trouve à une trentaine de mètres, en surface. Soudain la machine à chasser fonce droit sur lui : Matthieu pointe son fusil déchargé en direction de cette fusée  tout en imaginant déjà le pire ! A 3 mètres, le prédateur fait demi tour, il prend peut-être peur ?  En tout cas, Matthieu réalise tout d'un coup l'ampleur de la sienne et fonce vers le bateau tout en jetant des regards inquiets tout autour de lui. Quand il nous raconte son aventure, tout le monde est un peu refroidi. Malgré la dizaine de beaux poissons que j'ai tiré, j'ai envie d'un flirt avec les 10 kilos... Je décide de rester à l'eau tout en veillant à ne pas m'éloigner du bateau. C'est alors que mon obstination se trouve récompensée. Tandis que je me détends en surface, le jumeau de la carangue fléchée par Nicolas, un bébé de 27 kg que vous pouvez contempler dans cet article (Qui dit mieux ?? ) , s'approche à 5 mètres de moi. Petit canard discret mais la bête plonge dans le grand bleu. Alors que je remonte un peu amer, mon regard croise un mérou de belle facture. Ne le quittant pas des yeux, l'observant se réfugier dans un trou situé à 5-6 mètres de profondeur à peine, je réalise que c'est le moment que j'attendais. Deux ou trois respirations profondes et je replonge pour m'approcher le plus calmement possible de l'entrée du refuge de ma proie. Bonne surprise, il me regarde, béat. Je me laisse descendre vers lui, prenant le temps d'ajuster mon tir. Pchiiiiiiuuu! En pleine tête !  Je remonte alors en tirant au maximum sur la corde qui est reliée à ma flèche pour le sortir tout de suite de son refuge de corail. La précision du tir me facilite bien la tâche car le plus gros poisson de ma petite carrière de chasseur est complètement sonné ! Après l'avoir remonté sur le bateau, je suis fou de joie :

 


Publié dans La chasse sous-marine

Commenter cet article

zakaria 29/11/2008 12:15

waou vraiment tré bo bravo

La Landaise 17/05/2008 09:34

Et toi Chris tu ne pêches pô?BISOUS

les blog-trotters 26/05/2008 22:20



Non, j'ai fait quelques sorties pêche et chasse sous-marine (au début), mais c'est pas vraiment mon dada. Surtout quand tu restes tout l'après-midi sur le bateau, que tu prends un méga coup
de soleil et que tu rentres bredouille !!! Je préfères glandouiller à la plage à vrai dire ...



Regis 29/04/2008 18:56

C'etait pour quoi faire le noeud coulant que l'on voit sur les deux premieres photos?

Lolo blog-trotter 05/05/2008 10:00


Bonne question ! C'est pour ceux qui ne supportent plus le roulis et qui veulent se pendre... C'est ce qui vient tout de suite à l'esprit, non ? Mais
l'explication est plus pipi caca. Quand tu as envie de pisser, tu vas à l'arrière et tu balances ton urine par dessus bord. Pour éviter de tomber à l'eau à la première secousse, tu peux te
sécuriser en t'accrochant à ce noeud coulant.

Loic